Aedp.Asso.fr

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Cet oiseau hurle!

      Cet oiseau hurle !

Par Barbara Heidenreich

Traduction : Marie Ducrocq

« Hurler. Quelqu’un a renforcé ce comportement » me suis-je dit en moi-même.

Misty, une Amazone à double facteur jaune, a habité chez moi quelques semaines seulement. Elle était là pour que j’installe quelques uns de ses comportements vocaux sur commande. Néanmoins, il est rapidement apparu qu’elle présentait d’autres comportements qu’il convenait d’aborder en priorité. Avant qu’elle ne soit chez moi, elle a résidé chez Jill Bell pendant 6 ans.

Avant cette période, son histoire est assez floue. Son âge est estimé à 19 ans, supposant que ses cris puissent avoir été renforcés pendant au moins 13 ans. Ils ont dû effectivement l’être, parce que c’était FORT.

Misty était acharnée. Je pouvais quitter la pièce, elle hurlait, hurlait et hurlait.

Elle m’a bien rappelé ce que pouvait être l’expérience d’un propriétaire de perroquet de compagnie confronté à un problème si embêtant pour lequel la solution relève, en outre, du défi. Cela peut se révéler très frustrant. Aussi étonnant que cela puisse paraître, quand j’arrive dans la maison de quelqu’un et que j’entends des oiseaux hurler, cela ne me perturbe pas. Mais dès lors qu’un oiseau hurle expressément, avec ce qui ressemble à une exigence pour obtenir mon attention, cela met mes nerfs à rude épreuve. Comment trouver la patience nécessaire dans ce genre de situation ? Ce n’est pas facile, pourtant c’est absolument nécessaire chez un bon entraîneur.

Mon mantra avec Misty était « Je vais résoudre ce problème. Me mettre en colère ou laisser ce nœud que j’ai à l’estomac influencer ma stratégie ne me permettra pas d’obtenir les résultats attendus. Je suis confiante, ce que je vais mettre en œuvre va fonctionner. Cela a fonctionné avant avec d’autres oiseaux que j’ai entraînés. Tiens le coup ! »

C’est vrai, mon Amazone à front bleu Tarah a aussi appris à hurler pour obtenir de l’attention. Dans ma totale ignorance à l’époque, j’ai renforcé ses hurlements. J’ai fait l’acquisition de Tarah, comme beaucoup de gens le font, alors qu’elle m’a été proposée gratuitement. A ce moment là, je travaillais dans une clinique vétérinaire. Un de mes collègues travaillait à mi-temps dans une animalerie. Quelqu’un était entré, venant de la rue, et avait cédé l’oiseau pour 100 dollars. L’oiseau avait-il été volé, venait-il d’un trafic ou était-il désespérément incasable ? Je ne le sais pas. Mon collègue estima que l’oiseau était accablé avec tant d’animaux autour de lui et me demanda si je serais susceptible de le garder pour un certain temps (finalement 18 ans !).

Une fois dans mon appartement, je fus transportée par un « Hello » que Tarah avait offert en me voyant grignoter un morceau de pain. Cependant, l’enchantement disparu rapidement quand Tarah commença à hurler chaque fois que je me trouvais hors de sa vue. Dans l’ignorance de la procédure à employer pour faire cesser ce comportement indésirable, j’ai fait comme beaucoup le font, j’ai accouru dans la pièce chaque fois que Tarah hurlait et je lui disais « du calme ». Cela a t-il permis de réduire les hurlements ? Non, et mes tentatives de réactions punitives au comportement indésirable étaient aussi inefficaces qu’elles m’étaient désagréables. J’apprécie tellement de me trouver en compagnie d’animaux qui répondent positivement à ma présence que je ne voulais pas vivre une mauvaise expérience dans mon trajet avec les oiseaux, y compris pour faire cesser des hurlements.

A mi-parcours du traitement de ce problème, j’ai découvert le livre « Don’t shoot the Dog » de Karen Pryor. (Aussi connu pour être la bible des dresseurs animaliers). A la lecture de ce livre, je me suis accrochée à deux principes importants qui étaient susceptibles de m’aider à aborder le problème des hurlements : l’extinction et le renforcement différentiel. L’extinction est décrite comme le procédé qui consiste à ne plus renforcer un comportement qui a été précédemment renforcé. En d’autres mots, une part de ma stratégie consisterait à ne plus offrir de renforçateur pour les hurlements. Cela signifiait que je ne devais plus accourir dans la pièce, ni crier sur Tarah. Le livre ne décrivait pas la situation précise que je vivais avec mon oiseau. Mais il décrivait les principes et leur application à des exemples variés, humains ou animaliers. A travers ma lecture, j’ai compris que le concept pouvait être appliqué à n’importe quel comportement que je ne voulais pas voir s’inscrire dans le temps. Associé au principe de l’extinction, il s’agissait d’une stratégie de renforcement différentiel d’un comportement alternatif. En d’autres mots, si les hurlements ne suffisent plus à amener une réponse de ma part, qu’est-ce qui le pourrait ? Pour Tarah, les hurlements se sont transformés en sifflement. Au beau milieu d’une séance de hurlements, avec moi qui faisais de mon mieux pour ignorer ce comportement indésirable, Tarah s’est mise à offrir un sifflement. Je l’ai immédiatement renforcé en répondant avec le mot « bien ». Tarah a répondu avec un hurlement. Parce qu’à ce moment là, il n’y avait eu qu’une seule répétition du sifflement renforcée positivement au cœur d’une année entière de hurlements eux aussi renforcés. Je suis néanmoins restée constante dans ma stratégie sur une période de deux semaines, Tarah apprit à siffler au lieu de hurler quand il voulait une réponse de ma part. 17 ans plus tard, Tarah siffle quand il veut savoir où je suis, quand il désire un jouet ou une friandise, quand je rentre à la maison, et parfois simplement quand il me semble être « heureux ». Le comportement indésirable des hurlements a été éteint et remplacé par l’alternative du sifflement.

Misty semblait vouloir introduire quelques excentricités dans notre maison paisible où chacun se comporte bien. Je « savais », de par mon expérience passée que je pouvais reproduire le schéma que j’avais mis en œuvre avec Tarah. Cette fois-ci m’a néanmoins démontré que le challenge se révèlerait un peu plus important. Parce que je travaillais à l’extérieur de la maison à ce moment là, cela signifiait qu’il n’y avait pas de pause possible pour négocier avec ce problème de comportement. Chaque fois que je quittais la pièce, je me trouvais mise à l’épreuve face à la nécessité d’entraîner cet oiseau, ce que je trouvais très coûteux. De plus, il y avait des moments dans la journée où je n’étais tout simplement pas prête pour l’entraînement. Plutôt que d’être inspirée pour l’entraînement et prête à résoudre le problème, j’en venais à redouter d’avoir à quitter la pièce et de devoir travailler avec Misty. J’ai décidé que j’avais besoin de mieux me préparer pour parvenir au succès. En dehors des hurlements, Misty était un oiseau attachant, j’ai appris que par le passé elle était habituée à être couverte la nuit. J’ai décidé de prendre avantage de ceci et de laisser Misty couverte pour le temps nécessaire à ma toilette, à la préparation du petit-déjeuner et aux repas des oiseaux dans la cuisine. Ceci m’a permis de m’occuper sereinement des tâches obligatoires de la matinée. Je me suis ensuite sentie moins stressée et mieux préparée pour commencer une session d’entraînement avec Misty.

Au fur et à mesure de la journée, je considérais que chaque fois que je devrais quitter la pièce, pour quelle que raison que ce soit, cela devait être l’occasion d’apprendre pour Misty. J’ai mis en œuvre ma stratégie d’extinction des cris en n’y répondant pas, suivi du renforcement des comportements désirés. Dans le cas de Misty, le comportement désiré de Misty n’était pas un son spécifique. En lieu et place, j’ai décidé de renforcer le silence. Mon plan consistait à renforcer de courts laps de temps de silence et de faire augmenter graduellement la durée pendant laquelle Misty était silencieuse, avant de la renforcer avec ma présence ou mon attention. Si j’étais dans la cuisine, j’attendais en dehors de sa vue tandis qu’elle hurlait. D’abord, si elle offrait une pause dans ses hurlements cela apparaissait telle une fragile seconde, plus longue que ce qu’elle avait pu présenter entre les hurlements par le passé, alors j’apparaissais rapidement pour lui offrir de généreuses quantités d’attention. Je voulais que le calme recueille une plus grande quantité de renforcement positif que les hurlements, si je le pouvais. Plus tard, j’ai graduellement augmenté le temps pendant lequel elle restait calme avant que je ne réponde. Et ça a marché !

Ceci n’a cependant pas été sans apporter sa part de challenges. Il y a eu des moments de la journée où une session d’entraînement n’était pas appropriée pour moi alors qu’il me fallait quitter la pièce. Plutôt que de couvrir Misty, j’ai opté pour l’engager dans une autre activité acceptable. Par exemple, je lui offrais souvent une petite boîte en carton, une boule de papier journal, un nouveau jouet, ou une portion de son régime alimentaire juste avant de quitter la pièce. Ceci donnait à Misty une autre activité sur laquelle se focaliser au lieu de hurler. C’était aussi l’occasion pour Misty d’apprendre que les hurlements n’attiraient pas mon attention contrairement au calme. Il demeurait important d’inclure des sessions d’entraînement pendant la journée. Les autres activités étaient destinées à m’offrir un break dans l’entraînement. Cela a peut-être eu pour effet d’allonger également le temps nécessaire pour enseigner à Misty que les hurlements ne fonctionnaient plus.

Un autre challenge dans l’entraînement de Misty était que Tarah se trouvait dans la même pièce que Misty. Tarah sifflait de temps en temps alors que je quittais la pièce. Tandis que je voulais répondre à son sifflement, je ne voulais pas aussi, accidentellement, renforcer Misty qui hurlait. Ma stratégie se devait donc de renforcer le sifflement de Tarah seulement si Misty ne hurlait pas. En me concentrant sur la session d’entraînement, j’ai trouvé le moyen que Tarah puisse me voir, mais pas Misty. Cela m’a permis de renforcer les bons comportements de Tarah et d’attendre que Misty offre du silence avant de lui répondre.

Les hurlements de Misty ont aussi stimulé un comportement de hurlement occasionnel chez Tarah. Heureusement, en raison de l’histoire fortement ancrée du renforcement des sifflements, j’ai simplement attendu qu’il offre un sifflement avant de répondre. Tarah a rapidement recommencé à offrir des sifflements et, une fois encore, l’extinction pour les hurlements a opéré.

Misty hurlait aussi occasionnellement pour obtenir mon attention alors même que j’étais dans la pièce. Quand cela arrivait, je quittais simplement la pièce. Ici encore, le sens du processus était de lui enseigner que les hurlements créaient maintenant une réponse opposée. Au lieu de faire venir, cela le faisait partir… Il était aussi important de la renforcer avec de l’attention de temps à autre quand elle restait calme tandis que je me trouvais aussi dans la pièce.

Au total, entraîner Misty à être silencieux pour obtenir mon attention a nécessité environ 6 semaines. A l’évidence, cela a pris plus de temps que de modifier le comportement de Tarah. Cela réside dans la force de l’ancrage d’un comportement pour chaque oiseau, qui prend ses racines dans l’histoire individuelle du renforcement positif. Cela pourrait aussi être le résultat du fait que Misty a bénéficié de moins de sessions d’entraînement que Tarah pendant la même période de temps. Cela pourrait enfin être dû à l’oiseau lui-même en tant que sujet. Dans tous les cas, le résultat final est que cet oiseau qui a appris à présenter un comportement désiré pour obtenir de l’attention qui s’est substitué au comportement indésirable des hurlements.

J’ai sans nul doute rencontré la gamme des émotions à laquelle de nombreux propriétaires de perroquets doivent faire face quand ils abordent des problèmes de hurlements. Néanmoins, m’être concentrée sur les bonnes stratégies d’entraînement et m’être libérée du stress associé à ce problème a permis à mon entraînement d’atteindre son but. Hurler pour de l’attention est un problème de comportement qui peut se régler. Préparez-vous au succès et investissez le temps nécessaire pour entraîner les comportements désirés. Le résultat final, c’est une vie entière de bons comportements.

Trucs pour aborder les hurlements pour obtenir de l’attention

- Viser l’extinction pour les hurlements.

- Renforcez tout autre comportement que les hurlements.

- Rappelez-vous que l’explosion en fréquence et en intensité est un excellent signe qui annonce l’extinction. Retrouvez de l’espoir quand votre oiseau s’engage vraiment dans la bonne voie.

- Si vous devez quitter la pièce, mais que vous ne pouvez vous dédier à l’entraînement, offrez une autre activité que vous pourrez renforcer positivement avant de quitter la pièce. Ceci pourrait vous faire gagner une courte fenêtre de temps pour vous déplacer librement entre les pièces sans hurlements. Néanmoins, vous devez continuer à inclure régulièrement des sessions d’entraînement.

Le Petit Guide

La nouvelle version du
Petit Guide du Savoir bien vivre avec un Perroquet de Compagnie



Lire et télécharger Le Petit Guide

Ce qu'il est essentiel de savoir avant d'adopter un Perroquet de Compagnie

 

Se connecter



Comportement

Vous rencontrez des problèmes
de comportement avec votre perroquet ?

Vous souhaitez un conseil
ou une consultation ?

Cliquez ICI

 

Je n'ai pas besoin de toi

Et je n’ai pas besoin de toi. 
Et tu n'a pas besoin de moi non plus. 
Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. 
Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. 
Tu seras pour moi unique au monde. 
Je serai pour toi unique au monde...
Lire la suite... ICI

SOUTENEZ l' AEDP en adhérant

Qui est en ligne ?

Nous avons 29 invités en ligne